Marathon de Paris

Le 6 mars dernier, Chanel dévoilait sa nouvelle collection de prêt-à-porter, bientôt vendue dans un magasin flambant neuf, présenté le jour même.

cambon-chanel-636x429

 

Rendez-vous immanquable des Fashion Week parisiennes, le défilé Chanel est, à lui seul, un événement dans l’agenda de la semaine. Un show, une nouvelle fois, à la hauteur des espérances. Ne serait-ce que par la présence, sous la verrière du Grand Palais, de ces blocs géants d’améthystes brutes, de cristaux de roche et de quartz opaques. Des minéraux dressés sur un sol blanc et scintillant, mutlifacettes comme l’est finalement cette collection Automne/Hiver 2012-2013. On aperçoit d’ailleurs, entre des mélanges de laine et de matières plus techniques (le tout couleur hématite, azurite, soufre, lapis-lazuli, ou encore émeraude), les visages menus des mannequins, juste décorés de sourcils ourlés de pierres. Des créations signées Maison Lesage, où chaque sourcil est brodé de sequins, perles de verre, pierres minérales et cristaux de couleurs. Ces subtils et multiples jeux de textures et de coloris – joli écho aux codes esthétiques chers à Mademoiselle Chanel – sont en adéquation avec le nouvel écrin de la marque, conçu par l’architecte new yorkais Peter Marino.

Inaugurée le soir même, cette boutique  de 600 m2, installée avenue Montaigne à Paris, dévoilait des espaces ultra raffinés où retrouver les lignes prêt-à-porter, les sacs, les souliers, les accessoires, et même les collections d’horlogerie et de joaillerie signées Chanel. Entre une sculpture de l’artiste américain Marc Swanson, représentant un cerf couché entièrement incrusté de strass, des lampes en cristal de Goossen ou encore des cheminées anciennes, on découvre dans ce cadre exceptionnel quelques trésors inspirés de l’appartement privé de Mademoiselle Chanel elle-même (nous vous en parlions ici).

Bref, un temple du shopping, pour qui aime le luxe et le raffinement absolu. A l’image d’Astrid Bergès-Frisbey, d’Anna Mouglalis, d’Elisa Sednaoui ou encore de Gaia Repossi, toutes présentes le soir de l’inauguration. Des demoiselles, pour certaines aperçues déjà le matin même, ravies enfin de terminer leur journée par un concert très privé, organisé un peu plus tard non loin de là. Karl Lagerfeld, himself, y accueillait, en toute décontraction, le jeune quatuor londonien Django Django, venu pousser la chansonnette. Au plus grand bonheur de ces dames, parties plus tard rejoindre les bras de Morphée, des étoiles plein les yeux… Un repos bien mérité !

Photos Julie AnsiauDes Fruites des Fleurs etc

[nggallery id=45]
Shares

+ Pas de commentaires