Komono

Amoureux d’artisanat et de qualité, les belges Komono étendent leur goût des jolies choses aux univers de l’horlogerie et de l’optique. Rencontre avec les deux fondateurs Raf Maes et Anton Janssens.

Komono

 

Marque de mode globale et à portée de main, les deux rêveurs à l’origine de Komono n’ont qu’une ambition : « partager la culture dans sa forme la plus simple ». Interview.

Qui se cache derrière Komono ? 

Deux amis belges partageant une passion commune pour les voyages, l’aventure, les arts et le design. C’est incroyable qu’après toutes ces années et toutes ces aventures, on se retrouve là où nous sommes aujourd’hui. On ne pourrait pas être plus heureux. Mais il y a encore tellement de choses à découvrir…

Qu’y a-t-il de plus Belge chez vous ?

Notre sensibilité à l’esthétisme et une touche de surréalisme et d’absurde.

On sent chez vous une vraie attention portée aux images, à la direction artistique. Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Nous avons tous les deux un grand intérêt pour les images, que ce soit les photos ou les tableaux. Ça fait vraiment partie de l’ADN de Komono. En photographie, on aime bien les combinaisons de voyages, d’architecture et de mode même si, franchement, les inspirations viennent vraiment de partout : la nature, les formes, les jeux de lumière… Les magazines I-D ou Cereal font par exemple partie de nos références.

Comment choisissez-vous les personnalités avec qui vous collaborez (Andy Rementer encore tout récemment) ? 

C’est une question d’attitude : un esprit rebelle, innovateur et stylé. En bref, de fortes personnalités qui font leurs propres trucs avec beaucoup de passion, comme nous !

Quelle montre ou monture iconique auriez-vous aimé inventer ?

La Wayfarer, avec son design tellement fort et percutant. Ce n’est pas pour rien que ce modèle de lunettes est le plus iconique. Si tu peux passer au dessus de toutes les modes, c’est bien que tu as quelque chose de magique ! On ne peut que se motiver pour en arriver là.

 

Komono

 

Komono

 

Komono

 

Komono

Shares

2 Commentaires

+ Laisser un commentaire