Mini Pouces

Artiste inclassable et original, le jeune new-yorkais Phillip Nuveen décline format xxs (entre autres) tout ce que l’univers du luxe vend format… très très cher. Interview.

PHILLIP NUEVEEN

 

Comment décris-tu ton travail ?

Je travaille plusieurs médiums mais principalement, ces dernières années, l’art miniature. Enfant, j’étais toujours obsédé par la construction, l’ingénierie et la fabrication des choses. J’ai commencé avec les legos, beaucoup de legos assemblés avec mon père – ingénieur justement – qui m’a toujours encouragé. J’aime bien sûr le design « plat » mais concevoir des choses en 3D qui nécessitent de l’assemblage et de la construction est beaucoup plus intéressant pour moi. Je suis fasciné par l’architecture, faire des miniatures est donc une façon de montrer au monde ce qu’il y a dans ma tête.

Tu dis pouvoir faire beaucoup avec très peu… c’est à dire ?

En tant qu’amoureux de la nature, j’essaie d’être le plus respectueux de l’environnement que possible. Je privilégie les matériaux recyclables, à l’existence durable. En tant qu’individu qui crée des choses à acheter, je comprends qu’un jour ce que j’ai pu faire soit jeté. Mon combat principal, c’est le plastique. J’aimerais qu’on puisse trouver plus facilement des plastiques à base de chanvre et de maïs plutôt qu’a base de composés chimiques.

Tu travailles sans distinction tous les mediums ou presque. Serait-ce le propre de la nouvelle génération ?

Je ne sais, dans mon domaine en tout cas je suis le seul ! C’est vrai que si j’ai une idée, j’aime essayer toutes les variations possibles pour l’exprimer. J’ai appris à coudre et à broder car je voulais faire des vêtements. J’ai appris les techniques d’impressions numériques tridimensionnels pour pouvoir exploiter la puissance de l’impression 3D. J’ai même appris la retouche photo pour faire des économies et faire la post-production moi-même !

On voit tes miniatures partout. Comment t’es venue cette idée ?

Les miniatures permettent à mon imagination de s’exprimer. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles je travaille en mini. Tout ce qui est hors de portée dans ma propre réalité (par exemple : une salle remplie de boîtes Hermès contenant des produits Hermès, une fête à six chiffres etc) devient d’un coup… gratuit. Hors coût des fournitures d’art bien sûr mais c’est dérisoire !

Y a-t-il des contraintes à travailler si petit ?

Les gens me demandent souvent s’il est contraignant de travailler avec de si petits détails. Honnêtement, je ne trouve pas cela difficile, je n’utilise même pas de loupe ou lunettes grossissantes ! De toute façon, je vois mieux de près que de loin.

Quels sont tes projets ?

J’ai très peu de temps libre mais j’aime coudre des vêtements et faire de la photo. J’adorerais aussi lancer des poupées, très chics et habillées avec des vêtements Haute Couture.

 

PHILLIP NUEVEEN

 

PHILLIP NUEVEEN

 

PHILLIP NUEVEEN

 

PHILLIP NUEVEEN

 

PHILLIP NUEVEEN

 

Take a bit out of life! 📸@agnesvita #phillipnuveen #miniatures #miumiu #prada #mini #handbag #art #fashion #style

Une photo publiée par PHILLIP NUVEEN (@phillipnuveen) le

Shares

+ Pas de commentaires