#Thecarton : Emily Marant

Ambassadrice du Carré Rive Gauche (quartier du 6e arrondissement parisien réunissant galeries d’art et antiquaires), la toute jeune reine des projets créatifs a truffé notre fameux carton d’objets qui lui sont chers.

EMILY MARANT

@ Carton Magazine

Le Carré Rive Gauche n’aurait pas pu trouver meilleure idée que de désigner la fondatrice du Studio Marant (une agence de consulting en art, en mode et en design) pour faire parler de son actualité. A savoir : l’expo Femme(s)* et l’ouverture de l’éphémère café Le Cercle des Dianes, chapeauté par la belle. Rencontre !

Ma paire de J.M. Weston : mon père m’a emmené chez Weston pour m’acheter ma première paire de mocassins et depuis… passion Weston ! J’en porte tout le temps en noir, en bordeaux ou même en bleu Klein comme celles-ci, une édition limitée (1500 exemplaires). C’est un peu révélateur de mon côté mono maniaque…

Ma crème de jour teintée Dr Hauschka : je connais la marque depuis très longtemps, grâce à ma mère. Je suis très dans le trip des produits naturels et bio, bons pour la peau. Les produits Dr Hauschka sont élaborés justement à partir d’extraits de plantes médicinales, cela depuis 75 ans. Les premiers du genre ! Ils ont, eux aussi, un petit côté radical que j’adore.

Une culotte Atelier Henriette H : en lien avec le café éphémère Le Cercle des Diane qui débute le 1er juin (jusqu’à la rentrée prochaine). C’est l’une des collaborations attendues. L’idée ? Broder sur des culottes les prénoms de nos héroïnes (Françoise Sagan, Niki de Saint Phalle, Diane – pour Le Cercle des Diane justement – etc) et des adjectifs leur correspondant, vendues par paire dans une jolie boîte.

Un jus détox Wild & the Moon : d’abord parce que c’est un endroit où j’aime aller, la carte healthy me parle beaucoup. Bien manger fait partie des choses importantes pour moi, je suis ravie que la tendance des restos « sains » débarque ici. Ensemble, nous avons élaboré une recette spéciale pour les kids, justement lancée pour Le Cercle des Diane. 

Mickey : ma première réalisation lors de mon premier stage au Musée Maillol, à 18 ans. J’étais en charge de la sélection de la boutique lors de l’expo « Les vanités, du Caravage à Damien Hirst« , avec l’artiste Nicolas Rubinstein en tête d’affiche, que j’adore. On a réalisé ensemble cette oeuvre, la base, depuis, de toute ma réflexion autour des éditions limitées. Entre temps Mickey a perdu son oreille (la honte), cassée et engloutie par un aspirateur…

Ma montre Isabel Marant : une réinterprétation de la montre de mon grand-père par ma tante, Isabel. On l’a tous dans ma famille, je pense à mon grand-père à chaque fois que je regarde l’heure (même si je n’ai pas besoin de l’heure pour y penser…).

* Exposition Femme(s) – du 31 mai au 4 juin 2016

 

Shares

+ Pas de commentaires