#BainPublic : Eléonore Klar

Toujours en vadrouille, la fondatrice du magazine itinérant I Heart, Eléonore Klar, pose un temps ses valises histoire de nous dévoiler ses secrets beauté.

EleonoreKlar

 

Quels son tes produits cheveux préférés ?

Je change souvent, pour plein de raisons. Déjà parce que j’ai l’impression qu’au bout d’un certain temps, les effets miraculeux des produits capillaires s’estompent. Ensuite, parce que je voyage tout le temps et que le plus lourd, dans la trousse de toilette, c’est la bouteille de shampoing. Du coup, je cherche aux quatre coins du monde le spray/shampoing/mousse/masque volumateur qui va changer ma vie. Ce qui s’avère quasi-impossible dans certains pays (il semblerait qu’à Tel Aviv par exemple, on préfère porter le cheveu plat…). Je suis obsédée par le volume, c’est même pour ça que j’ai recommencé à manger de la viande après 16 ans de végétarisme. A Paris, après des années de Shampoing + Après Shampoing au Riz Khiel’s, je suis passée depuis peu à la Gamme au Lin de chez Klorane. Pour l’instant ça me réussit.

D’une manière générale, quelles sont tes marques fétiches ?

Avene pour le visage, Klorane donc pour les cheveux, Hermès pour le savon (Eau d’orange verte est mon odeur préférée au monde), Lancôme pour les rides et les coups de soleil et Chanel pour les vernis et une partie du make up. Hyper français pour une grande voyageuse !

 

Eléonore Klar I Heart Magazine

 

Quels sont tes indispensables en matière de make-up ?

Je me maquille pareil depuis 15 ans avec quelques variantes (période coins des yeux rouges ou bleu électrique, je regrette). Un Stylo rétractable noir (Dior ou Chanel), un eyeliner YSL (Shocking effet faux cils) et le mascara Diorshow de Dior. Le tout waterproof, je ne vous raconte pas le budget démaquillant biphasé. Et aussi de la Terracota Guerlain plutôt que du fond de teint et l’anticerne en stick YSL dont je ne peux me passer.

Quelles sont les découvertes qui t’ont récemment séduites ?

Je ne mettais pas du tout de rouge à lèvres, j’ai une trop grosse bouche pour que ça reste « parisienne ». Mais j’ai récemment piqué un tube Calvin Klein couleur lie de vin à ma productrice, que j’arrive à assumer. Sinon, je rentre de Corée du sud et les coréennes sont complètement accro aux masques en feuilles individuelles. Et ça ne coûte rien ! J’en ai ramené des dizaines que je distribue à toutes mes amies et collègues. C’est drôle trois ou quatre fois mais la cinquième, on commence à avoir peur que l’épiderme parte avec le masque…

Spéciale dédicace Into the Gloss pour l’inspiration 

Shares

+ Pas de commentaires