La femme Azzaro

29/01/2012  by 

Mathilde Castello Branco, qui aime à comparer son premier opus à une sorte d’échauffement avant un marathon, dévoile une jolie collection Pre/Fall 2012 déjà bien aboutie…

mathilde-azzaro-636x424

@ Kristy Sparow 

Loin de la paralyser, la pression qui pèse sur les frêles épaules de Mathilde Castello Branco semble au contraire la galvaniser. Intarissable quand il s’agit de présenter ses premières toilettes, la créatrice d’origine Franco-brésilienne annonce la couleur : c’est la femme qui dicte le vêtement, et non pas le contraire. A la cliente donc de s’approprier un vestiaire “entre chic et sport”, où la nouvelle directrice artistique de la marque multiplie les clins d’oeil espiègles. Car la femme Azzaroqui  apprécie l’aisance, la simplicité et la rapidité, n’aime rien de plus que les paradoxes et les jeux d’illusion. Place donc à des bottes en flanelle (matière empruntée au vestiaire masculin), à un luxueux manteau en orylag aux manches amovibles, à un jogging en jersey très soir, ou encore à un t-shirt à col Claudine en trompe l’oeil, et bien d’autres décolletés plongeant, mais voilés d’une ombre douce…  Et si Loris Azzaro était bel et bien le « couturier des étoiles », celles-ci brillent désormais au détour d’une ceinture ou d’un sac, sur une robe en jersey bleu nuit ou même aussi sur un fermoir niché derrière la nuque, à la manière d’une goutte de parfum. Bref des silhouettes classiques mais teintées de surréalisme, à la sensualité ultra efficace. Rien de très neuf sous le soleil donc, même si cet “avant bouche” de la collection a le mérite de faire perdurer le style d’une Maison mythique, fondée en 1967. Et c’est déjà beaucoup…